Burnout

Le burnout, ou syndrome d'épuisement professionnel, touche beaucoup le secteur du développement web. Scott Boms l'a vécu personnellement, il en décrit les symptômes et surtout comment l'éviter ou s'en sortir.

Par

On attend souvent des professionnels du web qu'ils soient continuellement dans l'action — toujours sur la brèche, à travailler, absorber des informations, perfectionner leur talent. Mais sans un bon équilibre entre notre travail et notre vie privée, les effets physiques et mentaux d'une vie “sur la brèche” peuvent être dévastateurs.

Il m'a fallu presque un an pour finaliser cet article, et les raisons de cette extension dans le temps sont directement liées au contenu même de l'article. Notre industrie connaît des niveaux croissants de stress, de maladie et d'épuisement. J'espère que mon propre combat dans ce domaine aidera ceux qui se trouvent, ou pourraient se trouver, dans cette situation.

Burnout : tourner à vide

Le burnout (traduit en français par Syndrome d'épuisement professionnel) est une réponse psychologique à “un long épuisement et une perte d'intérêt”, il peut mettre des mois ou des années à remonter à la surface. Défini par le psychanalyste américain Herbert J. Freudenberger en 1972, le burnout est un “démon né de la société et du temps dans lesquels nous vivons et de notre lutte continuelle pour investir de sens notre vie” (1). Il poursuit en ajoutant que le burnout “n'est pas un état qui s'améliore lorsqu'on décide de ne pas lui donner d'importance. Ce n'est pas non plus une honte. C'est au contraire un problème né des meilleures intentions”. Une autre description, donnée dans le New York Magazine présente le burnout comme “un problème à la fois personnel et existentiel, un agglomérat de symptômes externes et de frustrations personnelles”.

Rigolo, non ?

Freudenberger et son associé Gail North ont établi un schéma simple de description du burnout chez des individus par ailleurs en bonne santé, l'un des points essentiels étant que l'on peut passer par plusieurs sinon toutes les phases, dans un ordre variable.

Les phases qu'ils ont identifiées vous paraîtront pour certaines familières :

  • Une compulsion à se mettre au défi
  • Travailler plus
  • Négliger ses propres besoins
  • Déplacement des conflits (la personne ne réalise pas la cause de sa détresse)
  • Révision de valeurs (les amis, la famille, les hobbies, etc., sont laissés de côté)
  • Déni des problèmes qui surgissent (cynisme, aggressivité, frustration deviennent apparents)
  • Retrait des contextes sociaux, abus potentiel d'alcool ou de drogues
  • Le changement de comportement devient plus visible pour l'entourage
  • Vide intérieur
  • Dépression
  • Syndrome de burnout (y compris pensées suicidaires et effondrement mental et physique) (2)

Il est important de noter que le burnout n'est pas la même chose que la dépression, bien que les deux partagent des caractéristiques communes qui en estompent la distinction. Le burnout peut être engendré par des aspects de la dépression ou peut conduire à la dépression elle-même.

Ma propre collision frontale avec le burnout a eu lieu en 2007. Dans l'année qui a suivi, j'ai changé mes points de focalisation et je suis devenu extrêmement conscient de l'équilibre nécessaire à ma vie. Voici ce que j'ai appris.

Comment cela arrive

Le burnout se produit dans un contexte de stress. Le stress, caractérisé comme étant trop de quelque chose, peut provenir de trop de réunions, trop de projets, trop de responsabilités, mais aussi de deadlines intenables, de résultats décevants en raison d'attentes irréalistes, de distractions ou toutes sortes de choses courantes dans notre monde hyper-connecté. Le stress n'est pas paralysant en lui-même, mais nous avons tous nos limites qui, lorsqu'elles sont atteintes, nous voient vaciller au bord du burnout.

Le burnout est principalement une maladie professionnelle dont la cause réside dans le déséquilibre entre les buts, idéaux et besoins d'une personne dans le cadre de son travail, mais les éléments de stress externes peuvent également contribuer au problème en affaiblissant les défenses émotionnelles.

Vous flirtez avec le burnout lorsque :

  • Chaque jour est un mauvais jour
  • Vous n'êtes plus investi émotionnellement dans votre profession ou dans le travail en cours
  • Vous avez le sentiment qu'on ne vous apprécie plus ou vous n'avez pas l'impression de faire une vraie différence dans votre job
  • Il y a un écart évident entre vos valeurs personnelles et ce qu'on attend de vous
  • Les buts que vous vous fixez ou ceux qu'on vous impose sont irréalistes ou déraisonnables
  • Une part significative de votre temps est consacrée à des tâches qui ne sont satisfaisantes ni d'un point de vue personnel ni d'un point de vue émotionnel

Au bout du compte, le burnout résulte d'un manque d'équilibre. Lorsque vous perdez l'équilibre, physiquement, vous tombez. Avec le burnout, c'est la même chose, à ceci près que, une fois à terre, il peut être très difficile de se relever.

Comment prévenir le burnout ou s'en remettre

La première, et la plus importante, étape est de reconnaître le problème et d'analyser objectivement la situation.

  • Quels sont les éléments de stress dans votre vie ?
  • Y a-t-il des aspects de votre travail qui ne sont pas en phase avec vos objectifs et valeurs personnels ?
  • Appréciez-vous votre travail ? Vos critères de mesure du succès sont-ils réalistes ?
  • Êtes-vous réellement engagé dans le travail que vous faites, ou êtes-vous simplement surchargé ?

Ces questions peuvent vous aider à retrouver votre équilibre interne sans avoir à changer de job ou de carrière, ce qui est rarement une option réaliste. Le burnout n'est pas nécessairement un destructeur de carrière, mais il peut l'être s'il n'est pas reconnu et traité.

Arrêtez-vous (ou ralentissez)

Si vous travaillez 50 heures ou plus par semaine, réduisez ce chiffre au minimum viable. Si possible, prenez vos récupérations, travaillez un jour par semaine depuis la maison, prenez un congé pour vous donner le temps de décompresser, de réfléchir, et de vous reconnecter. Les congés sabbatiques sont de mieux en mieux acceptés dans notre secteur, et même une journée hors de votre routine habituelle peut vous aider à empêcher le burnout ou à mieux y résister.

Le point important est : sortez-vous de ce problème aussi longtemps que vous pouvez vous le permettre.

Communiquez

En cas de doute, parlez.

Cherchez des conseils et du soutien auprès de votre famille, vos amis, vos collègues, ou envisagez un coaching plus formel auprès de spécialistes.

Dans mon cas, ma femme a vu arriver mon burnout bien avant moi, et elle m'a aidé à trouver un coach qui comprenait ce qu'étaient les exigences des clients dans le domaine créatif et la pression que connaissent les petites agences. Le temps que j'ai passé à réfléchir aux raisons qui m'avaient amené là, fin 2007, a été inestimable, il a été le catalyseur de tous les changement intervenus depuis lors.

Fixez des limites

L'époque des petits boulots pépères est révolue et les limites entre le travail et la maison sont devenues floues. On attend de nous que nous soyons joignables à tout moment, et le problème est souvent exacerbé pour les freelances ou tous ceux qui travaillent à la maison, où la seule limite est une porte ou un escalier.

Il n'y a pas à se glorifier de travailler 80 heures par semaine ou à répondre aux mails et aux tweets à toute heure de la nuit. Posez-vous la question : avez-vous fixé suffisamment de limites entre votre job et votre vie privée ? Est-ce que vous défendez suffisamment ces limites ?

Les clients ont le droit de vous envoyer des messages à l'heure qu'ils souhaitent, mais c'est à vous d'être clair sur le moment où vous pourrez répondre. Dès lors que vous laissez la porte ouverte et répondez à 10 heures du soir, vous créez un précédent sur lequel il peut être compliqué de revenir.

Dormez. Plus.

Le monde est bien plus petit qu'il n'était. L'information est disponible quand nous voulons et où que nous soyons. Nous pouvons travailler avec un client local et un client à l'autre bout du monde. Mais nous avons toujours besoin de sommeil et nous en avons rarement assez.

Le sommeil permet à notre cerveau de passer en revue toute l'information que nous avons reçue pendant la journée. Même si vous êtes capable de fonctionner avec 4 ou 5 heures de sommeil, peut-être travailleriez-vous mieux avec 7 ou 8 heures ? Il n'y a pas de raison de travailler dès potron-minet.

Créez une routine quotidienne

Il est assez courant pour les créatifs de réaliser leur meilleur travail à un moment précis de la journée tous les jours. Je veux dire par là qu'il est important de suivre nos propres rythmes circadiens. Hemingway commençait à écrire chaque jour à l'aube et il l'expliquait ainsi : “il n'y a personne pour vous déranger, il fait frais et vous vous échauffez en écrivant. Vous lisez ce que vous venez d'écrire et, comme vous ne vous arrêtez que lorsque vous savez ce qui va arriver, vous continuez à partir de là”.

Ce même système fonctionne bien pour les designers et les développeurs. Faites le plus important (ou ce qui requiert le plus d'attention) au moment où votre énergie est au plus haut et les distractions réduites au maximum. Utilisez le reste de votre temps à résoudre les problèmes secondaires ou à réunir des informations qui nourriront votre prochaine période de concentration.

Votre temps est précieux

Que vous fassiez du sur-place ou que vous soyez déjà sous la surface, avoir du temps pour vous-même est primordial. On se retrouve très facilement prisonnier des exigences d'un patron ou de clients qui nous privent de notre temps personnel.

Passer du temps avec la famille, les amis, ou le consacrer à des activités personnelles peut vous apporter une satisfaction que vous ne trouvez pas au travail. Alors sortez, allez au musée, à la bibliothèque, au concert, faites de l'exercice, jouez. Réservez du temps pour ce qui vous rend heureux, et préservez ce temps avec ferveur.

Vos valeurs, vos buts, vos critères

Connais-toi toi-même, mais sois sympa. Qu'est-ce qui vous passionne ? Comment vous évaluez-vous par rapport à ce qu'attendent de vous vos managers et clients et à ce que vous réalisez ? Est-ce que ces critères sont bien fondés ? Est-ce que vos objectifs de développement personnel sont atteints dans le travail que vous réalisez ? Vous sentez-vous soumis à la pression d'exigences irréalistes ou de personnes qui ne partagent pas vos valeurs ? Qu'est-ce qui peut causer une frustration en vous ?

Se reconnecter avec ce qui compte pour vous est une façon simple de mettre les choses en perspective. Le burnout est une expérience misérable, mais elle peut être une opportunité de maturation et de découverte de soi-même.

Focus

Un bon travail exige de la concentration.

Pour y parvenir, il sera peut-être nécessaire de restreindre votre accès aux emails, aux messages instantanés, à Twitter et à Facebook, peut-être même vaudrait-il mieux éteindre votre téléphone. Les moyens de communication modernes nous offrent une formidable connection sociale avec le monde alentour, mais ils peuvent aussi détruire notre concentration et notre clarté d'esprit.

Changez votre situation

Changer de carrière n'est généralement pas une option envisageable, toutefois il y a beaucoup de choses à faire pour améliorer sa propre satisfaction au travail.

Changez de service, apprenez de nouveaux savoir-faire ou techniques, ou plus simplement concentrez-vous sur ce que vous faites le mieux et qui vous rend heureux.

Déchargez-vous des responsabilités qui ne font pas partie du coeur de vos fonctions. Si vous êtes designer, concentrez-vous sur le design, pas sur la comptabilité quotidienne. Si vous êtes développeur, concentrez-vous sur la conception de super applications, pas sur la résolution des petits bobos de vos clients. Si vous êtes freelance, secouez votre routine et lorsque c'est possible, faites-vous aider sur les aspects que vous n'aimez pas ou que d'autres feraient bien mieux.

Changer votre situation peut être aussi facile que de changer de bureau : Si vous travaillez à la maison, passez un peu plus de temps dans un café ou dans une boutique qui a le wifi. Si vous travaillez dans un bureau, changez de table, ou mettez-vous dans un autre coin du bureau.

Appuyez-vous sur un bon processus

La raison pour laquelle nous avons des processus est que nous pouvons nous concentrer sur l'accomplissement des choses, sans avoir à nous demander ce que nous allons faire ensuite.

Si vous n'avez pas un bon processus, établissez-en un. Parlez à vos pairs, lisez sur le sujet, étudiez ceux des autres. Expérimentez et découvrez ce qui fonctionne pour vous. Si vous avez déjà un processus dont vous pensez qu'il fonctionne, analysez-le, clarifiez-le, simplifiez-le autant que possible.

Éduquez vos clients sur vos processus, suivez-les vous-même, et assurez-vous que chacun de vos partenaires comprenne les conséquences de ne pas délivrer les produits à temps.

Retrouver son équilibre

Lorsque le burn out est là, vous le savez. Vous pouvez le sentir et le goûter, mais pour vous en sortir vous devez le reconnaître et vous battre pour retrouver votre équilibre interne. Faites un break, décompressez, communiquez et concentrez-vous. Ce processus commence souvent par un regard sur soi-même pour apprendre ce qui donne son équilibre à notre vie, comme la famille, les amis, les intérêts personnels, les hobbies — tout ce qui vient contrebalancer votre vie sur le web.

Votre vie devrait être exactement cela — une vie. Si toutes vos heures de veille sont consommées par le travail, ou si vous n'êtes pas concentrés ou attentifs à vos propres besoins, le burnout vous attend tranquillement.


Notes:

(1) “Burn-Out: The High Cost of High Achievement.” Dr. Herbert J. Freudenberger with Geraldine Richelson, 0-385-15664-2, 1980    ↩︎

(2) “The Burnout Cycle.” Scientific American Mind, 15552284, 2006, Vol. 17, Issue 3    ↩︎


Ressources complémentaires en français

Le burnout, article très complet de wikipedia
Comment prévenir le burnout, article du JDN


original paru le dans A List Apart.

Sur l'auteur : est designer dans l'équipe de Communication Design de Facebook en Californie. De temps à autres, il trouve le temps de dessiner des lettres, de lire des livres, d'écrire, de donner des conférences, de prendre des photos, de lancer des disques, et de faire toutes sortes de choses formidables avec sa femme et ses enfants.

Traduit avec la permission de A List Apart et de l'auteur.